dimanche 24 mars 2013

4 J'ai testé : Ballet Esmeralda

Bonsoir les souliers,


J'espère que votre semaine à été douce.
Le mois de Mars fut un peu boiteux en ce qui concerne le temps, pourtant ça y est, il est là, le Printemps. A y voir plus clair, ce sont bien les couleurs qui reviennent, tout comme la belle atmosphère.
Pour l'éxpérimentation du mois de Mars, j'ai choisi de vous parler d'un ballet que je suis allée voir hier, Esmeralda interprété par la troupe du Kremlin et composé par Cesare Pugni.
Le ballet se déroule en deux actes et comprend cinq tableaux. Directement inspiré de l’œuvre de Victor Hugo, vous vous en doutez bien, le spectateur est transporté dans un univers médiéval - Moyenâgeux.


Affiche du Ballet
C'est Gudule, la mère d'Esmeralda qui ouvre le bal si j'ose dire, désespérée elle recherche sa fille.
Durant l'acte un, Quasimodo est élu " pape " des fous quand Claude Frollo vient mettre un terme aux festivités générales. Esmeralda fait son entrée, obnubilant les foules, elle capte si délicieusement l'attention que même l'Archidiacre n'en démord pas. Phoebus arrive à la rescousse car Quasimodo oublie sa laideur. L'intrigue amoureuse et compliquée est alors mise en place.
L'acte deux laisse place à davantage de légèreté au début, les tableaux de bals se succèdent, Phoebus et Esmeralda se retrouvent sous l'oeil dévoré et anéanti de Frollo ; fou d'amour il décide de mettre un terme à cette idylle romanesque naissante, il assassine froidement son rival.
L'acte trois, le plus noir, montre une Esmeralda brisée et affaiblie repoussant toujours un peu plus les avances de l'effroyable homme d'Eglise. C'est alors au tour de Quasimodo de sauver sa belle, mais elle n'échappera pas à la sentence du bucher. Mère et fille parviennent enfin à se retrouver sous les flammes lancinantes.
Le ballet s'achève sur la douleur de Quasimodo, le seul personnage pur. Son injustice s'écrie via l'écho des cloches de Notre Dame.


Ce que j'en ai pensé :

C'est la première fois que j'assistais à un ballet ailleurs qu'à travers mon écran télévisé. Et comme à tous les spectacles de danse auxquels j'ai pu assister, je n'ai pas échappé à la règle des poils hérissés sur l'échine.
J'ai été complètement éblouie par la beauté du ballet, les décors, les costumes, les danseurs, la musique... Tout m'a complètement envouté. Si coloré et plein de vie, j'ai trouvé ce ballet complètement magique. 
Le tableau que j'ai préféré se situait pendant l'acte deux, c'est d'ailleurs le tableau qui clôture l'acte, la danse damnée de Frollo. J'ai trouvé l'interprète époustouflant, tout comme ceux de Quasimodo et d'Esmeralda d'ailleurs. 

Vous l'aurez donc compris, j'ai été bien plus que charmée, pire que conquise si cela se peut, et dès que je peux je retourne voir des ballets. Si vous en avez en vu en dvd ou autres, je vous conseille nettement - si vous le pouvez - la version live, car ça n'a rien à voir, absolument rien. Si j'ai pu m'ennuyer de temps à autres face à ma télé, je n'ai pas vu les minutes s'écouler sur mon siège de la Cité des Congrès.

Si mon avis ne vous a toujours pas convaincu, je vous renvoie  sur le site de France Concert où l'on peut voir certains instants figés (magnifiques) du spectacle. C'est ici. Il vous suffit de cliquer sur l'onglet photos.

Musique de Cesare Pugni, Chorégraphie de Marius Petipa et d'Andrey Petrov, Décors de G.Belov et Costumes d'O.Polyanskaya. Le ballet est en tournée jusqu'à fin mars il me semble.

  Bonne fin de dimanche !
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

Arthur Mian a dit…

Spectacle très agréable, les danseurs sont vraiment bon !

Alison Mossharty a dit…

Ca avait l'air d'être super =)

Lila a dit…

Je confirme, c'était fantastique ! :)

Cess in the US a dit…

A Nantes on a malheureusement pas de ballet "à nous" donc on doit se "contenter" des compagnies privées qui viennent faire des tours à la Cité des Congrès... Cela dit si tu as l'occasion un jour de faire un petit city break à Bordeaux, je te conseilles fortement d'aller voir un ballet de l'Opéra National de Bordeaux au Grand Théâtre, le répertoire est classique mais pas kitsch, le lieu est magnifique et les places sont beaucoup moins chères qu'à l'Opéra Garnier... J'ai été voir Roméo et Juliette et Casse Noisettes et je n'ai pas été déçue !